La semaine de 4 heures

Couverture de La semaine de 4 heures

Je vous propose à nouveau une lecture pour cet été, ca parle de vacances mais pas seulement…

Thimoty Ferriss s’appuie sur sa propre expérience pour expliquer comment tout un chacun peut essayer de devenir un « Nouveau Bienheureux », une de ces personnes qui profitent de la vie maintenant au lieu de se contenter d’une perspective de retraite encore lointaine. Partant de là, il nous invite à réfléchir sur nos rêves et sur ce que nous souhaitons réellement réaliser dans la vie. Une étude détaillée de ces derniers nous apprend qu’ils ne sont souvent pas si inaccessibles que nous voulons bien le croire. Simplement notre mode de vie et nos préjugés nous empêchent de les considérer comme réalistes. De plus, leur coût paraît souvent rédhibitoire.

L’auteur entreprend donc de nous guider pas à pas pour résoudre ces différents problèmes. Il remet en cause notre mode de vie et nous incite à devenir propriétaire d’une entreprise dont l’objectif ultime est d’assurer le financement de nos rêves tout en ne nécessitant qu’un minimum de travail. Les chapitres se succèdent pour expliquer les modalités : trouver une idée de produit à marge importante, automatisation de tout ce qui peut l’être, externalisation du reste… le tout saupoudré de conseils concrets pour obtenir une efficacité maximum. Efficacité d’autant plus importante lorsque l’on est salarié, et qu’il faut être meilleur que ses collègues pour mettre toutes les chances de son côté en vue d’une négociation d’un accord de télétravail. En effet, la mobilité fait partie intégrante de l’art de vivre des nouveaux bienheureux. Le livre se termine sur des conseils pratiques pour organiser ses voyages et profiter pleinement des nombreuses mini-retraites que ce nouveau mode de vie rend désormais possibles.

En achetant ce livre, je n’en attendais pas grand chose… je suis habitué aux livres de boursicotage faisant miroiter des perspectives alléchantes mais dont la mise en œuvre est très délicate pour ne pas dire impossible. J’ai pourtant été agréablement surpris, ce livre ne se concentre pas uniquement sur la partie entrepeneuriale du projet, il distille des conseils applicables à tous et nous pousse à remettre en cause notre situation… certaines de ses recommandations recoupent d’ailleurs les principes énoncés dans Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent. Ayant lu la semaine de 4 heures avant ce dernier, les réflexions de Thimoty Ferriss ont réellement attisé un désir de réfléchir sur ma situation et mon mode de vie.

Travailler quatre heures par semaine n’est pas réaliste pour tout le monde, mais tout le monde a la possibilité de changer son mode de vie pour l’améliorer et ce genre de livres est là pour nous le rappeler.

Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent

Couverture les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent

Bien que le titre laisse craindre un énième livre avec des recettes miracles, il n’en est rien. Le terme d’habitude signale simplement qu’il est important d’assimiler les principes énoncés pour que les mettre en œuvre devienne naturel. Ces principes ne sont pas des recettes mais des lignes directrices qui doivent nous guider dans chacun de nos choix pour tirer le meilleur de nous-mêmes et des autres. Voici un bref résumé.

Habitude 1 : soyez proactifs

De choix il est justement question dans la première habitude. Celle-ci nous explique en effet qu’à chaque « stimulus » nous pouvons choisir notre réaction. Ainsi, lorsqu’un événement nous énerve ou nous agace, il en va ainsi parce que nous l’avons choisi. Bien souvent la société ou notre entourage nous fournit des réactions toutes faites (et dans ce cas nous ne faisons pas réellement usage de notre possibilité de choisir), mais elles ne sont que rarement en concordance avec nos objectifs personnels.

Habitude 2 : sachez dès le départ où vous voulez aller

La deuxième habitude s’attache justement à définir nos objectifs personnels. L’auteur nous invite à nous projeter dans le futur le plus lointain possible : « que voulez-vous qu’on dise de vous le jour de votre décès ? ». Ainsi pour chaque rôle que l’on assume (employé, parent, ami, membre d’une association, etc.), il faut trouver des objectifs qui nous motivent réellement et dont on serait fier. Puis il faut les formaliser dans un énoncé de mission personnel. Cette capacité à se projeter dans le futur et à imaginer les conséquences de ses actes est le fondement de cette habitude. Les choix quotidiens sont plus faciles à faire si l’on sait où l’on va.

Habitude 3 : donnez la priorité aux priorités

La troisième habitude nous aide à gérer notre temps. Nous avons tous des longues listes de choses à faire et il est facile de se laisser submerger malgré une organisation méthodique. L’auteur nous invite à évaluer toutes les tâches selon deux axes, l’urgence et l’importance. La première s’évalue selon le délai disponible et la seconde selon la contribution de la tâche à nos objectifs personnels. À partir de là, il faut consacrer son temps aux tâches importantes (qu’elles soient urgentes ou non) et limiter le temps alloué aux tâches non-importantes. Il est important de passer du temps sur les tâches importantes non-urgentes car celles-ci contribuent généralement à l’amélioration de la situation à long terme (ex : prévenir les problèmes au lieu de les gérer).

Ces trois premières habitudes sont centrées sur l’individu et permettent normalement à tout un chacun de mieux appréhender sa vie. Mais la vie humaine se conçoit avant tout en société, c’est pourquoi les trois habitudes suivantes concernent les relations avec les autres.

Habitude 4 : pensez gagnant/gagnant

La quatrième habitude nous invite à dépasser les situations inutilement manichéennes. Lorsqu’une décision ne convient pas à l’une des parties, il est souvent possible de prendre une autre décision qui convienne à tout le monde. Il ne s’agit pas forcément de compromis : une fois les attentes de chacun clairement formulées, notre imagination peut trouver des solutions inattendues. Enfin, en dernier recours, on peut aussi envisager le statu-quo pour éviter de faire un perdant.

Habitude 5 : cherchez d’abord à comprendre, ensuite à être compris

La mise en œuvre de la 4ème habitude requiert une volonté de satisfaire les attentes des autres et cette 5ème habitude en est un prolongement naturel. L’écoute par empathie suppose d’aller dans le sens de son interlocuteur pour mieux connaître son mode de pensée, le paradigme dans lequel il évolue. Cela permettra aussi de formuler nos attentes de manière à ce qu’elles résonnent plus dans son esprit.

Habitude 6 : profitez de la synergie

La sixième habitude nous laisse miroiter des perspectives aussi intéressantes qu’inattendues. Créer des situations synergiques nécessite que les différents participants aient bien acquis les principes 4 et 5 et qu’ils se fassent confiance pour trouver collectivement une solution innovante. En effet, un processus de création synergique est dirigé par tout le monde et personne à la fois, il est donc difficile de prévoir les résultats mais ils sont bien souvent meilleurs qu’espérés car l’ensemble forme un tout bien plus important que la somme des parties.

Habitude 7 : aiguisez vos facultés

Enfin, la septième et dernière habitude est probablement une des plus importantes. Elle nous rappelle que nous devons chercher un équilibre conjuguant le physique, le mental, le social et le spirituel. Nous ne pouvons aller de l’avant que si nous le voulons et cela n’est possible que si l’on est bien dans sa peau. Il est donc important de passer du temps à s’entretenir physiquement, à apprendre de nouvelles choses, à faire le point sur ses objectifs, c’est un investissement sur soi-même — le plus rentable qui soit.

Avis personnel

Je ne saurai que vous recommander ce livre de Stephen R. Covey. En le lisant je me demandais pourquoi notre éducation à l’école ne passait pas par la lecture de ce genre de témoignages, tant il me semble que ce livre peut aider à se forger une identité et à donner du sens à nos vies. Quoi qu’il en soit, même si l’on n’adhère pas forcément à cette vision des choses, l’exploration de ces principes reste intéressante, d’autant plus qu’ils sont agrémentés d’exemples très concrets.

La politique s'emballe … en bien et en mal

Du côté de DADVSI, la pétition progresse à un bon rythme : avec plus de 86000 signatures, on atteindra peut-être le cap de 100000 personnes avant le jour du vote. De plus, il semble que plusieurs députés proposeront des amendements qui vont dans le bon sens : obligation de fournir les informations nécessaires à toute personne qui souhaite mettre en oeuvre une mesure d’interopabilité, protection des chercheurs dévoilant les failles des mécanismes de protection, mécanismes ne pouvant protéger que l’accès à la première lecture d’un contenu, etc. Je pense qu’on en saura plus sur ces amendements dans les prochains jours… j’ai transmis les informations dont je disposais à EUCD.info pour qu’ils les relayent efficacement. Et même si le combat est loin d’être fini, je tiens à remercier tous ceux qui ont déjà oeuvré (dans l’ombre) en discutant avec les députés et autres responsables politiques.

Du côté des mauvaises nouvelles, et parce qu’il est difficile de se mobiliser sur tous les fronts ouverts, le parlement européen a encore adopté une directive stupide : un directive instorant le stockage de logs pour les FAI pour une durée minimum de 6 mois. Ainsi les FAI devront stocker l’expéditeur et le(s) destinataire(s) de chaque email transitant par eux. Pourquoi et pour qui ? Pour les services de renseignement généraux, pour la justice et pour les intérêts privés lorsque cela est justifié. Qui doit payer ? Le consommateur … parce qu’une fois de plus il est le « criminel potentiel ». Bien entendu les vrais criminels sont suffisamment intelligents pour employer des serveurs étrangers (ou leur propre serveur) et passer au travers des mailles de ce flicage stupide.

Enfin, je veux finir ce billet par une note positive : les députés font aussi des bonnes choses. Merci à André Santini d’avoir proposé de changer la loi pour reconnaître les pétitions électroniques. Espérons que cela passe et que cela permette enfin à nos législateurs d’être un peu mieux à notre écoute.

Politique sponsorisée …

Je découvre une nouvelle histoire hallucinante.

Pour faire court, une conférence des Nations Unies a eu lieu, de nombreuses personnes dont certains acteurs du libre y ont participé et ont rédigé un document sur la propriété intellectuelle (DADVSI ca vous rappelle quelque chose ?). Il y avait des opinions divergentes dans cette conférence mais un texte commun a tout de même pu être rédigé. Quelques mois plus tard, lorsque ce document est publié et annoncé, il a été largement modifié… toute référence au logiciel libre a disparu et des ajouts disant que « les DRM c’est bien » ont eu lieu.

Que découvre t’on alors ? Que Microsoft a financé la conférence et qu’ils ont modifié le texte entre temps … tout cela ayant été maquillé dans un pseudo-processus ouvert via un blog qui n’a été annoncé à aucun des participants de la conférence (mis à part ceux qui ont financé cette dernière…).

Que faut-il en retenir ? Que les événements politiques ne doivent jamais être financés par des intérêts privés … et qu’il ne faut pas faire confiance aux institutions même les plus réputées ! Il s’agit des Nations Unies tout de même !

Pour être capable de répondre à ce genre d’attaques, il nous faut des gens pour faire le lobbying politique qui va bien. Mais c’est un travail de longue haleine qui coute cher, c’est pourquoi la FSFE vous invite à rejoindre les rangs de sa communauté. Vous financerez ainsi des volontaires prêts à agir dans ce sens.

Faites circuler la nouvelle, les médias sont soumis à des pressions pour ne pas révéler cette histoire, c’est donc à nous de faire circuler l’information pour que de telles surpercheries ne se reproduisent plus.

Urgence: logiciel libre et DADVSI

À nouveau, je réitère l’appel lancé il y a quelques semaines à propos du projet de loi liberticide dadvsi. Il est ahurissant de voir comment les lobbys traitent les partisans du logiciel libre. Voici un court extrait d’un communiqué de la FSF France relatant quelques uns de leurs propos :

Vendredi 18 novembre 2005, au ministère de la Culture, le SNEP et la SCPP déclarent aux auteurs de Logiciel Libre : « Vous allez changer vos licences. » La SACEM ajoute : « Vous allez arrêter de publier vos logiciels. » Et se déclare prête à « poursuivre les auteurs de logiciels libres continuant de divulguer leur code source » si l’amendement « VU/SACEM/BSA/FT Division Contenus » était voté par les parlementaires.

Allez-voir le communiqué complet. Une fois que vous êtes dégoutés, décidez-vous à agir. Je vous suggère d’écrire à votre député, vous pouvez vous inspirer de divers courriers publiés sur EUCD.info.

Il est grand temps d’agir !

PS: J’ai écrit à 4 députés de circonscriptions qui me concernent. Faites-en autant !

Karting avec les amis

Le week-end dernier je l’ai passé en compagnie d’un groupe d’amis. Parmi les activités pratiquées, on s’est esssayé au Karting sur le circuit de Saint-Laurent de Mure. C’est un loisir qui revient cher : 20EUR pour 10 minutes sur un kart de 11CV. Mais c’est quand même un très bon souvenir … roulez à plus de 80km/h à ras du sol, faire des têtes à queue lorsqu’un concurrent essaye de vous doubler et vous pousse dans le décor, tout cela vous garantit de grandes sensations. 🙂

Le côté marrant, c’est que les karts sont équipés de transpondeurs ce qui fait que nous sommes chronométrés. Nous étions 10 karts sur le circuit dont 6 de notre groupe d’amis et voilà les résultats pour la postérité :

Cl. Nom Nb tours Meilleur tour iL Vitesse moyenne du meilleur tour (km/h)
1 Habitué 1 12 50.158 s 8 64.595
2 Habitué 2 12 51.692 s 9 62.678
3 Nicolas Charretier 12 52.229 s 11 62.034
4 Raphaël Hertzog 12 53.979 s 10 60.023
5 Inconnu 1 12 54.791 s 11 59.133
6 Inconnu 2 12 55.423 s 11 58.459
7 Sébastien Reynaud 11 56.444 s 8 57.402
8 Ludovic Bertoni 11 56.586 s 10 57.257
9 Jérôme Reynaud 10 57.484 s 8 56.363
10 Laurent Faivre 9 63.031 s 8 51.403

Nicolas est donc le meilleur de notre groupe, mais il a déjà fait du karting dans le passé. Je finis deuxième du groupe, score honorable … et conforme à ma réputation. 🙂 Il faut préciser que j’avais déjà fait du karting il y a une dizaine d’années… même si cela ne m’a pas beaucoup aidé. On a pris quelques photos, je les mettrai peut-être en ligne plus tard.

PS: Je n’ai toujours pas compris ce que la colonne « iL » pouvait vouloir dire … j’ai traduit « nL » (number of laps) par nombre de tours, mais je cherche la signification de « iL ». Si vous savez, merci de me le dire.

Mario Kart Double Dash

C’est marrant comme de temps en temps, l’envie de jouer à la console me reprend. Ces derniers temps je me suis amusé avec Mario Kart Double Dash. J’ai d’abord fini le jeu comme il se doit : gagner les 3 grands prix en 150CC, gagner la coupe spéciale en 150CC, gagner le grand-chelem en 150CC, puis tout regagner en mode miroir. Mal conseillé par un ami (Grrr… Laurent :-)), je croyais même qu’on avait un cadeau spécial si on gagnait le grand chelem avec un parcours sans-fautes (16 fois premier d’affilée!) et j’ai donc réussi ce tour de force pour me rendre compte que je ne gagnais rien de plus. La récompense ultime est donc le kart officiel (le joli kart jaune où vous êtes dessus pendant une cérémonie de remise de prix).

Le jeu fini plus ou moins fini, ma crise de Mario Kart s’appaise … et voilà que je lis sur planet.debian.org qu’il existe des « super-fantômes » à activer en réalisant des temps records en mode « contre la montre ». J’en ai activé 4 seulement pour le moment… il faut dire que les temps à réaliser sont extrêment difficile à obtenir: il faut employer les raccourcis éventuels à la perfection et il faut bien choisir le moment où l’on emploie ses deux champignons. Et il faut bien entendu utiliser les super-dérapages… Une fois le super-fantôme d’une course activé, vous avez systématiquement un fantôme qui fait la course avec vous, mais ce fantôme-ci est quasiment impossible à battre ! J’ai trouvé la liste des temps à battre sur ce site de trucs et astuces. Vous pouvez aussi consulter ce guide pour avoir quelques conseils sur le jeu.

Happy Mario Karting !