Frayeur de week-end

Ce week-end j’étais comme chaque année au tournoi de badminton de Morteau. J’y passe toujours un bon moment en mêlant le plaisir de jouer au badminton à celui de passer deux soirées sympathiques avec mes amis dans un gite où l’on mange très bien. Cette année encore la croûte de champignons et la fondue savoyarde étaient excellentes.

D’un point de vue sportif, je suis plutôt satisfait du résultat. Je suis allé jusqu’en quart de finale du simple homme série D, j’ai passé un tour en double mixte D avec une partenaire au choix et j’ai battu à cette occasion une paire de lituaniens classés D1 ce qui me permet de passer D1 en mixte. Enfin en double, j’ai joué en série B avec Yvan à cause de sa récente promotion en C2… et on a gagné le seul match qui était à notre portée (C2/D2) avant de se faire écraser par une paire B1/C1.

Le week-end était excellent et la frayeur dont je parle dans le titre fait référence à mon trajet de retour. Sur les routes de franche-comté je roulais normalement… quand au détour d’un virage dans une petite montagne du jura, je me retrouve nez-à-nez avec un gros 4×4 en-train de dépasser une caravane alors qu’il n’avait pas la visibilité nécessaire ! Je pile aussi sec et j’entends mes pneus crisser pendant plusieurs secondes et je frôle le 4×4 de quelques centimètres à peine… en plus je me déportais légèrement vers la gauche parce que je n’ai pas l’ABS et que j’avais bloqué les roues. Au bout de freinage, j’avais évidemment tourné le volant vers la droite et j’ai fait un écart rapide vers la droite mais j’ai réussi à me rattraper avant de toucher la paroi. Parce qu’évidemment, c’était la montage avec le ravin à gauche et la paroi à droite… pas d’échappatoire si cet inconscient n’avait pas réussi à se rabattre à temps. Enfin de compte plus de peur que de mal, mais je n’arrête pas de penser à ce malade qui a mis ma vie en péril pour gagner quelques secondes parce que la route comporte plein de zones où il est facile de dépasser mais qu’il a préféré jouer à la roulette russe en pleine montagne. La sécurité routière a encore du pain sur la planche en France. 🙁

J’ai voté oui …

J’ai voté oui à la constitution europénne, mais j’ai longtemps fait partie des indécis. Il y avait des arguments valables des deux côtés. Je me suis franchement décidé pour le oui quand j’ai vu un reportage sur ARTE sur l’élaboration de cette constitution, quand j’ai vu que les gens qui l’ont rédigé avaient l’air vraiment intéressé pour donner un avenir politique à l’Europe, quand j’ai vu que pour tous les autres pays européens ce texte était social. J’ai noté aussi que ces gens étaient capables de critiquer l’Europe et donc de voir ses défauts. En étant conscients des problèmes, ils peuvent donc travailler à y remédier.

En même temps, j’ai lu l’avis de plein de gens (comme celui de Roland Mas) qui ont voté non et leurs arguments sont parfaitement compréhensibles.

C’est pourquoi, même si je suis un peu déçu (on préfère toujours « gagner » et avoir raison avec la majorité), j’attends de voir ce qui va se passer parce que je ne suis pas persuadé que notre non soit négatif pour l’Europe. J’entends déjà que l’Europe pourrait adopter les changements institutionnels indépendamment de la constitution en entier…

Gardons espoir et travaillons à proposer un nouveau projet pour l’Europe. Parce que c’est bien beau de dire non, encore faut-il assumer son « non » et donc proposer quelque chose de mieux … parce que je ne peux pas croire que ce non soit celui des anti-européens des partis extrémistes.

Inauguration de mon nouveau site

Ca y est, j’ai basculé mon vieux site web sous WordPress. J’ai mis des redirections des anciennes pages vers les nouvelles URL de WordPress. Je me donne la peine de faire cela car je connais la frustration de trouver une page intéressante avec Google pour finalement se rendre compte qu’elle n’est plus au même endroit ou qu’elle n’existe plus. Mes anciennes pages n’existent plus mais elles renvoient vers la page correspondante dans WordPress. Merci les RewriteURL de Apache!

J’en ai profité pour créer un petit paragraphe «Soutenir mon travail» sur la droite. C’est dans la continuité du livre… je souhaite pouvoir vivre de mon travail pour Debian et permettre aux gens satisfaits de me récompenser est la première étape. Merci d’avance à tous ceux qui me soutiendront! 🙂

Bien entendu, je ne me fais pas d’illusion, cela ne me suffira pas pour vivre… c’est pourquoi j’ai d’autres projets en préparation. Ils seront vraisemblablement regroupés sous la bannière de Freexian, une société que je viens de créer pour offrir des services liés à Debian et au logiciel libre en général.

Vous en saurez plus le moment venu, mais si vous avez d’ores et déjà des suggestions ou des idées pour m’aider à atteindre mon objectif, n’hésitez pas à m’en faire part.

Je suis C2 virtuel en double

Le titre n’est certes pas compréhensible pour ceux qui ne connaissent pas le badminton… comprenez simplement que j’ai battu (en double hommes) assez de gens de ma catégorie (D1) pour passer dans la catégorie supérieure (C2).

Le badminton étant un sport très moderne, il m’a suffit de consulter cette page pour me rendre compte de cela …

Bon, en simple homme la situation n’est pas aussi glorieuse puisque je suis E1 virtuel alors que je suis encore D2 officiellement… et pourtant je n’ai perdu que deux fois contre des E … mais je n’ai presque jamais gagné contre les D et les C que j’ai rencontré en interclubs. Maintenant que Alain Riss peut faire le simple homme 1, je vais à nouveau rencontrer des gens un peu moins fort et je vais pouvoir engranger quelques points pour espérer me maintenir D2.

En mixte, la situation est stable… je n’ai pas l’occasion d’en faire souvent, mais quand j’en fais j’ai de bons résultats et je me maintiens D2 sans soucis.